Baptiste Dulac – Un photographe de l’émotion.

J’ai découvert le travail de Baptiste en regardant son ancienne chaine Youtube en colaboration avec Jeremy Guillaume : Explore & Sens. Une chaine rempli de bon conseil pour les photographe. 

Ce qui m’a le plus marqué et qui m’a inciter à suivre avec assiduité leur chaine c’est leur philosophie de vie et de travail: Tout est basé sur l’émotion. 

Je vous laisse donc en compagnie de Baptiste. 

Pouvez-vous nous parler un peu de vous et de comment vous êtes devenu photographe ?

Je suis Baptiste et je suis avant tout un photographe de l’émotion. L’émotion c’est très subjectif et propre à chacun. Certains seront émus par une couleur, une odeur, un souvenir, d’autres par un sourire, une larme, un frisson. Mon truc à moi c’est de photographier l’émotion que vivent les gens : une maman qui verse une larme, un père qui prend son enfant dans les bras, un sourire fier et ému d’une grand mère, un grand père qui craque pendant un discours de mariage, etc… C’est cette émotion que je veux capter, et je veux la restituer avec le plus de poésie possible. Cela passe par ma façon de gérer la lumière, mon choix de matériel, ma façon d’exposer et de cadrer l’image.

Je m’enflamme vite quand je parle d’émotion alors je n’ai pas encore raconté comment je suis devenu photographe.

En 2008, je m’achète mon 1er appareil photo reflex, un Olympus E530 parce que mon frère s’était mis à la photo et m’avait donné envie de m’y intéresser. J’ai rapidement dévorer beaucoup de livre sur la technique et mes 1ères photos étaient simplement des souvenirs de mes voyages, rien de dingue. J’ai rangé mon appareil et petit à petit il a prit la poussière. C’est fin 2012 que je me suis remis à la photo en découvrant le travail de Sébastien Roignant via F1.4. Il m’a donné envie de m’intéresser au portrait et malgré une timidité très présente j’ai commencé à faire mes premiers portraits. C’était assez léger pour un début, j’ai simplement fait une séance portrait puis une séance couple en une année et j’ai principalement fait des auto portrait de moi même. Fin 2013 ma fille Matilda est née et elle est naturellement devenue mon modèle favori (et elle le reste encore aujourd’hui 🙂 ).

J’étais ingénieur dans une grande entreprise et ça me plaisait de moins en moins tandis que la photo prenait de plus en plus de place. En Juillet 2014, j’ai pété un câble, je ne supportais plus mon travail et j’ai pris la décision de devenir photographe. Ça s’est vraiment fait sur un coup de tête et je suis heureux de m’être écouté et d’avoir eu un soutien sans faille de ma femme Maud. Encore aujourd’hui c’est ma plus grande supportrice <3 Cette décision était complètement dingue parce qu’à l’époque je n’avais photographié ni mariage, ni famille, je n’avais aucune expérience. Et en Septembre 2014, je suis invité à un mariage d’amis, je sors l’appareil et je commence à faire des photos. À ce moment précis, la magie a commencé. Ça a été comme une évidence, je prenais tellement de plaisir à faire ces photos que j’ai su que je ne m’étais pas trompé de voix.

Aujourd’hui, 4ans et demi après cette décision qui a changé ma vie, je ne le regrette pas une seule seconde. La photo a été une vraie thérapie pour moi. Elle m’a permis de mieux me connaitre, de comprendre ma sensibilité et la personne que je suis. Elle m’a permis de rencontrer des personnes incroyables qui m’ont inspiré. J’ai compris que si j’avais tant besoin de photographier l’émotion c’était parce que j’avais du mal à la trouver au sein de ma propre famille. Puis la vie a fait que j’ai retrouvé l’émotion dans ma famille, d’une façon complètement inattendue et qui me laisse sans voix encore aujourd’hui. La photo n’est pas à la base de tous ces changements de ma vie, mais elle y a contribué fortement. Je me sens aujourd’hui en harmonie avec celui que je suis. Quelqu’un de sensible, de nostalgique, qui aime la vie et les gens, et qui aime raconter leur histoire en image.

Que signifie pour vous la photographie Lifestyle ? Et pourquoi avoir choisi de vous spécialiser dans ce style photographique ?

J’aurais du mal à me définir comme un photographe Lifestyle. Je crois justement que la force du Lifestyle c’est l’ouverture. C’est un peu un mélange de portrait posé et de reportage. C’est à la croisé de ces 2 mondes. Ma définition à moi du Lifestyle ça serait : créer des images artistiques, pleine d’émotions, pour raconter la vraie vie. D’autres photographes verraient le lifestyle comme du reportage pur et dur. C’est une approche encore jeune et je trouve difficile de lui donner une définition. Je crois que chacun apporte sa pierre à l’édifice, et c’est ce qui en fait la beauté.

Comme je l’écrivais avant, je me vois plutôt comme un photographe de l’émotion que comme un photographe lifestyle. Pour moi l’émotion passe par des photos naturelles alors forcement mon approche se veut lifestyle. Mais si demain l’émotion me guide vers des photos plus posées en studio, je n’hésiterai pas à suivre cette voix 🙂

Ce qui me plait dans l’approche Lifestyle, c’est qu’elle mélange à la fois la photo posée et la photo reportage. Mon objectif quand je prends une photo, c’est de capter l’émotion, tout en ayant du naturel (ce qui pour moi est indissociable de l’émotion, dans le sens où une émotion ne se simule pas) et de l’esthétique. L’esthétique est très important pour moi et c’est là que mon approche se dissocie du reportage pur et dur. Je ne dis pas que les photos de reportage ne sont pas esthétique, loin de là, simplement que je sais exactement le type de rendu que je veux dans mes images, et ça passe souvent par une direction de mes modèles. En clair, je n’hésiterai pas à modifier une scène (enlever des objets qui ne me plaisent pas), positionner les gens pour avoir la plus belle photo possible. Et là où la magie opère, c’est quand les spectateurs ne peuvent pas voir le travail qu’il y a derrière, qu’ils sont simplement séduit par l’image, par l’émotion et le naturel qu’elle dégage. Alors là, je sais que j’ai réussi mon coup.

Comment se déroule une séance famille lifestyle ? Y-a-t-il de la préparation en amont ?

Avant la séance, il y a toujours une préparation. On prend le temps de s’appeler, je leur explique mon fonctionnement et comment va se dérouler la séance. J’insiste bien sur le fait que le but est d’avoir des moments de vie naturel. Je les conseille également sur les habits à porter. J’aime bien que la séance soit vue comme un moment rare et unique et qu’ils se fassent plaisir sur leurs tenues. Je leur envoi également un questionnaire pour apprendre à mieux les connaitre, savoir ce qu’ils aiment faire ensemble, la musique qu’ils écoutent et leurs meilleurs souvenirs. De cette façon, la famille se livre un peu plus à moi et je commence déjà à me positionner comme quelqu’un de proche. Cette position est très importante car elle va me permettre d’être mieux accepter au sein de la famille 🙂

En général, je commence toujours mes séances chez la famille. Mon but est de ne pas les brusquer et de me faire accepter dans leur environnement. Les enfants sont souvent beaucoup plus à l’aise quand ils sont chez eux qu’en extérieur. Alors je peux entrer dans leurs univers, leurs demander de me montrer leurs chambres et leurs jouets. Tout cela se fait très naturellement et souvent les parents rentrent dans le jeu sans même s’en rendre compte. De mon coté, je me fais oublier petit à petit et je commence à faire des photos.

J’essai de jouer avec l’environnement, avec les lieux, les formes géométrique, la lumière. La photo en intérieur est à mon sens la plus compliquée. Il peut y avoir plusieurs sources de lumière avec des teintes différentes (le soleil dans une fenêtre, la réflexion de ce soleil sur un mur de couleur, une lumière d’une ampoule, etc…) et c’est pas toujours évident de composer avec.

Après une petite heure de photo en intérieur, on sort en extérieur pour continuer la séance. En général on a choisi un endroit à l’avance. J’aime les grands espaces, la montagne, la mer, donc je propose souvent ce genre de lieu à la famille. On organise une petite marche, on cherche des coins sympa pour se poser, la famille joue. Ils peuvent aussi se faire un petit pique nique, organiser un jeu, peu importe tant qu’ils passent un bon moment ensemble. Ma ligne de conduite se trouve là. Je veux que la famille partage un vrai moment de complicité, qu’ils n’aient pas l’impression d’être pris en photo. De cette façon, ils auront un bon souvenir de ce moment et les photos viendront leur rappeler. Je n’imagine pas obtenir des belles photos sous la contrainte (en les obligeant à prendre des poses trop controlées par exemple), je crois que les gens le ressentiraient en regardant les photos. Si je veux obtenir une jolie pose, je vais diriger de façon très discrète et subtile : je peux par exemple demander au papa de dire un mot drôle dans l’oreille de sa femme, ainsi ils auront les visages proches sans que je leurs demande explicitement.

Je suis quelqu’un qui fonctionne beaucoup au ressenti, à l’intuition. Alors j’essaye de ne pas me mettre trop d’objectifs avant la séance et je me laisse surprendre par le moment et la famille. C’est de cette façon que j’arrive à obtenir des photos très naturelles et souvent inattendues.

Une anecdote particulière sur une séance ?

J’ai une histoire très touchante qui me vient en tête. Ce n’est pas vraiment pendant la séance mais après. J’ai photographié une famille que j’aime beaucoup pour la 2ème fois. La 1ère fois, leur fille Lily-Rose avait 7mois, cette fois elle avait presque 3ans et elle allait bientôt être grande soeur. Je leur ai remis les photos et j’ai ensuite revu cette famille lors d’un mariage quelques semaines plus tard. La maman est venue me voir et m’a dit « faut que je te raconte un truc ! Quand on a montré la vidéo de la séance photo (je fais toujours une vidéo avec les photos en musique) à Lily-Rose, elle s’est mise à pleurer et à la fin je lui ai demandé pourquoi. Elle m’a répondu qu’elle ne voulait plus voir cette vidéo parce que ça la faisait trop pleurer. J’ai voulu savoir pourquoi ça la faisait pleurer et Lily-Rose m’a répondu : parce que c’est trop beau ».

J’ai trouvé cette histoire tellement touchante. C’est incroyable ce que les émotions peuvent raconter et même une petite fille peut y être très sensible. Je trouve que c’est un formidable cadeau que lui laisse là ses parents et elle aura la chance de le revoir encore et encore en grandissant 🙂

Quelle est votre optique préférée et pourquoi ?

Bien que je n’utilise que 2 optiques, c’est une question compliquée pour moi ! Vous m’auriez demandé ça il y a 2 ans, j’aurais répondu le 50mm f1.2 canon. Aujourd’hui, si je ne devais garder qu’une seule optique, j’opterai pour le 35mm f1.4 II canon. Mais ça me fait un pincement au coeur de l’écrire parce que j’aime trop le 50mm. En réalité, le 35mm est une optique que je trouve très agile et très à l’aise dans toutes les situations. Je suis capable de ne travailler qu’avec le 35mm, de faire un mariage ou une séance complète avec. Le 50mm je pourrais aussi mais c’est moins facile ; l’optique est plus lente et le cadrage plus serré. Mais en terme de rendu, le 50mm a vraiment un coté magique, le bokeh est hallucinant. Mais le 35mm se défend bien aussi ! Je travaille toujours à pleine ouverture, donc à 1.2 avec le 50mm et à 1.4 avec le 35mm, j’adore le rendu qu’elle offre, très doux, très poétique. Bref, j’aime beaucoup les 2 et j’ai du mal à me décider ! Mais disons que si je ne devais en garder qu’une, ça serait le 35mm.

Photo réalisée au 50mm 1.2

Photo réalisée au 35mm 1.4

Aujourd’hui, qu’elle est votre photo préférée et pourquoi ?

J’ai une photo qui me vient en tête tout de suite à la lecture de cette question. Ce n’est pas une photo qui vient d’une séance. Je l’ai prise pendant un mariage il y a bientôt 2ans et demi et je la trouve toujours aussi forte.

C’est l’histoire d’une mariée qui avait un amour incroyable pour son grand père. Elle tenait de tout son coeur à ce qu’il soit là le jour de son mariage. Ils venaient de Belgique pour se marier dans le sud de la France et son grand père était très fatigué. Il a faillit ne pas pouvoir venir. Il est venu et il a tout fait pour être là, pour profiter du moment. À la fin de la cérémonie laïque, la mariée est allée le voir pour l’embrasser, il était extrêmement ému et elle aussi. J’ai eu cette photo qui me met les larmes aux yeux à chaque fois que je la regarde et je sais que pour la mariée c’est la photo la plus importante du mariage. Cette photo raconte une histoire de famille, elle raconte des liens, de l’amour, elle est intemporelle et je la chérie particulièrement.

Anciennement à travers Explore et sens et avec votre Patreon aujourd’hui, vous êtes très investit dans la formation de photographe, d’où vous est venue cette envie de transmettre ?

C’est une très bonne question. Aussi longtemps que je me souvienne, j’ai toujours aimé transmettre, aimé le partage. Je suis l’ainé d’une famille de 4 frères et je crois que ce rôle m’a beaucoup marqué. Mes frères voulaient toujours me suivre comme exemple et je crois que je prenais du plaisir là dedans. Plus tard, à l’aube de mes 20 ans, je me suis mis à la danse. J’étais extrêmement passionné et j’ai appris très vite. Rapidement, je me suis mis à faire des vidéos pour apprendre les mouvements à ceux qui débutaient (je faisais ça via un forum 🙂 ). Ensuite, dans mon ancienne vie professionnelle, je prenais beaucoup de plaisir à expliquer les choses à mes collègues. Alors c’est un peu naturellement que j’ai eu envie de faire de la formation quand je suis devenu photographe.

Je crois vraiment que l’on fait un magnifique métier et je crois aussi que l’on peut très bien en vivre. Malheureusement, je croise trop de photographes qui galèrent. Si j’ai envie de faire de la formation, c’est pour les aider à développer leur entreprise, à croire en leurs rêves et à mettre en place des actions concrètes pour y parvenir.

Moi-même je me suis énormément formé quand j’ai commencé et je crois que ça a été déterminant dans mon évolution. Je crois dur comme fer à la formation et c’est aussi pour ça que j’ai envie de transmettre 🙂

Depuis Septembre 2018 j’ai lancé une nouvelle façon d’apprendre : ça se passe sur Patreon, c’est une plateforme qui permet de partager du contenu. Le principe est assez simple. Il s’agit d’un abonnement mensuel qui donne accès à des cours que je publie toutes les semaines. J’aime être transparent alors je partage tout ce que je fais. Mes astuces pour réaliser mes photos, mes techniques pour obtenir des émotions, comment je me vends, je fais aussi des analyses de séances et de mariage. C’est très complet et je crois que c’est un outil très riche pour les photographes qui ont envie d’évoluer et de progresser.

Comment la photographie influence-t-elle votre vie ?

J’ai du mal à imaginer ce que serait ma vie sans la photo. Probablement que je serai toujours dans mon ancienne entreprise, à passer mes journées devant un ordinateur et à être en colère d’être dans cette situation. La photo m’a vraiment donné une liberté totale. Des fois, ça fait même peur parce que j’ai trop de choix, trop de possibilités. Elle m’a offert la possibilité de passer beaucoup de temps avec ma fille et je crois que c’est là le plus beau cadeau que je pouvais me faire. Elle m’a offert une liberté financière. Je me sens aujourd’hui libre et je ne réponds qu’à moi même. J’essaie simplement d’exprimer qui je suis à travers la photo et j’ai la chance d’avoir des gens qui me font confiance pour ça. C’est assez magique et je suis très reconnaissant de cette chance. J’ai vraiment la sensation d’avoir trouvé ma voie, ce pour quoi je suis fait. La photo est une seconde nature pour moi, c’est évident, c’est fluide, je ne force pas les choses.

Au delà de ça, la photo m’a amené à transformer ma relation aux autres et plus particulièrement à ma famille. Je me sens aujourd’hui beaucoup plus connecté à eux, en osmose. Je crois que la photo m’a permis de voir l’importance des liens que l’on a avec ceux qui nous sont chers. Et pour cette raison, elle a énormément influencé ma vie.

C’est étrange de l’écrire, j’ai souvent vu pendant une séance ou pendant un mariage, des gens qui s’aiment beaucoup, des liens très forts et je me disais « wahou, c’est beau ce qu’ils vivent ! ». Et un jour j’ai réalisé que j’avais aussi tout ça, que ces liens existaient aussi avec mes proches. Alors je me suis mis à les entretenir et à en profiter au maximum. C’est un cadeau inestimable que j’ai trouvé et j’en suis aussi très reconnaissant.

Pour toutes ces raisons, la photo a énormément influencé ma vie.

Je me permets ici de partager cette vidéo que je viens de faire, je crois qu’elle résume très bien ce que je viens d’écrire : https://vimeo.com/314865635/b47b1f513d

Et finalement, quels sont vos futurs projets ? (Que ce soit lié à votre pratique ou à la formation)

Franchement, j’ai juste envie que ça continue comme ça pendant un long moment. J’ai des gens qui me font confiance régulièrement, suffisamment pour vivre de ce joli métier. Des gens qui m’inspirent, avec qui je me sens bien. Je n’ai pas de projet particulier si ce n’est de continuer comme ça. J’ai envie de continuer à écouter mon intuition, à faire évoluer mon style en fonction de ce que je ressens. Je n’ai pas envie de me figer et de répéter toujours la même chose. C’est surtout ça dont j’ai envie, évoluer pour toujours proposer quelque chose qui me correspond.

Coté formation, j’ai envie de continuer à développer mon Patreon, proposer une approche différente de la formation. C’est un peu comme si mes abonnés partageaient le même bureau que moi. Je leur montre les coulisses de mon métier et j’espère ainsi leur donner envie d’écouter leur petite voix intérieure et trouver la meilleure façon pour eux de vivre de ce joli métier.

Pour la fin, je voulais simplement remercier Choclat Chaud pour cet interview. J’y ai pris beaucoup de plaisir et j’ai essayé de répondre avec le plus de sincérité et de profondeur possible, j’espère que ça vous plaira 🙂 Au plaisir !

Retrouvez toutes les infos et le travail de Baptiste Dulac par ici :

http://baptistedulacphotographe.com

Facebook

Instagram

Patreon

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *