Catherine Giroux

Aujourd’hui, on vous présente une photographe de grand talent basé à Montréal. Photographe et maman à temps plein, sont travail nous invite au cœur des familles, de l’amour et des rires. Lorsque l’on parcoure sont portfolio, ce que l’on remarque ce sont des sourires, des sourires et encore des sourires!

thumbnail2

Sa particularité? Des séances au cœur de la famille, de l’accouchement aux premiers jours de bébé. Je laisse Catherine vous raconter tout ça!

Pouvez-vous nous parler un peu de vous et de comment vous êtes devenue photographe ?

Bonjour! Je me nomme Catherine Giroux, je suis du Québec 🙂 Toujours amoureuse de mon premier copain et maman d’Adam, 10 ans & Gustave, 8 ans.

Je représente le parfait cliché de la «clickin mom», c’est-à-dire que je me suis équipée d’une caméra à la naissance de mes enfants dans le but de documenter leur passage dans nos vies. Étant designer graphique, j’ai vite développé une passion pour la prise de vue combinée à la manipulation de l’image. Il m’a suffit de quelques mois pour faire de ce hobby un travail à temps plein.
thumbnail8

 

Que signifie pour vous la photographie lifestyle ? et pourquoi avoir choisi de vous spécialiser dans ce style photographique ?

Ummm j’ai l’impression que le terme «lifestyle» est utilisé a plusieurs sauces. Lorsque j’ai débuté la photo avec mes garçons comme sujets principaux, j’avais une approche beaucoup plus documentaire. La caméra était toujours dans les parages et du moment où une scène m’apparaissait intéressante, je capturais le moment. Cette approche m’a permis d’apprivoiser la lumière naturelle et de peaufiner mes compositions afin de rendre une scène banale du quotidien intéressante pour l’œil. C’est un peu dans cet optique que je me suis lancée avec l’ambition de faire du documentaire chez les familles. Dès la première séance j’ai compris que ce ne serait pas pour moi. Quand j’entre chez les gens, c’est plus fort que moi, je «scan» l’endroit et je sais en quelques secondes quel recoin de la maison j’ai l’intention d’exploiter, quel type de lumière, etc… C’est là qu’entre en jeu le «lifestyle» pour moi. C’est cette capacité de combiner une partie de l’histoire de mes clients à ma façon de la mettre en scène. C’est réaliser des images vraies et authentiques malgré mes différentes interventions.

 

thumbnail9

 

Vous proposez des séances photo lors de l’accouchement, pouvez-vous nous en parler un peu plus ?

Probablement les séances qui m’ont offert les plus beaux «high». C’est l’occasion pour moi de lâcher prise sur l’éclairage souvent déficient et l’encombrement de l’espace pour me concentrer sur le lot d’émotions que suscite une naissance. J’aimerais en faire plus mais la logistique d’un accouchement ne me permet pas d’en accepter une tonne. C’est pourquoi j’offre également le #fresh48 qui est conçu pour les familles désirant capturer les premières heures de vie sans pour autant documenter l’accouchement.

 

06

 

Comment se passe l’avant séance, notamment avec l’hôpital et le personnel médical, faut-il des autorisations ?

Ici, aucune autorisation requise tant que nous respectons la limite de personnes admises dans la chambre. Je m’assure de me faire discrète et de ne pas être une nuisance pour le personnel. Jusqu’à maintenant, ma présence fût toujours bien reçue 🙂

 

thumbnail16

 

Quelle est votre optique préférée et pourquoi ?

La 24mm 1.4 est quasi en permanence sur mon boitier. Elle offre du mouvement et de l’espace. J’aime quand le décor fait partie de mes compositions. La proximité que cet objectif me force à avoir avec les clients provoque des réactions que je ne pourrais capter si j’étais plus loin.

 

thumbnail10

 

Aujourd’hui, quelle est votre photo préférée et pourquoi ?

thumbnail1

J’ai un grand canevas de cette image sur le mur de ma cuisine. Je me souviens encore du moment où j’ai regardé l’écran de mon d60 après le clic et m’être dit: « ÇA c’est l’image qui me ramènera toujours à mon congé de maternité avec les garçons à la maison ». 7 ans plus tard je confirme que c’est le cas et j’irais jusqu’à dire que je m’ennuie de ces journées à ranger les contenants constamment sortis des armoires.

Comment la photographie influence-t-elle votre vie ?

Ici c’est plutôt la vie qui influence mes photographies! Blague à part, je suis certes plus sensible aux scènes banales de la vie, d’ailleurs mon iPhone est mon meilleur allié pour capturer des trucs «su’l fly» comme on dit ici. Sinon la photo me permettra de visiter la France en mars prochain lors des journée Peps !

 

thumbnail5

Et finalement, quels sont vos futurs projets?

Je continue de rouler ma bosse avec les reportages familles et mariages. Sinon présentement, je participe à un projet qui met en lumière des résidents d’un quartier de Laval (au Québec). Comme je suis habituée de documenter la connexion entre les gens, ce mandat me sort de ma zone de confort dans la mesure où il s’agit de portraits «one-on-one».
thumbnail14.jpg
Lors des journées Peps, je donnerai une conférence sur mon parcours et ce qui m’a amenée à me spécialiser en reportage famille. J’animerai également une masterclass où je partagerai (avec humilité!) ma façon de faire, que ce soit de l’approche d’une scène, au traitement de l’image ou de mes tarifs.

Retrouvez toutes les infos et le travail de Catherine Giroux sur son site internet:

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *